Le Fauteuil à Bascule

Les 20, 21 et 22 octobre 2017
Réservation en ligne ou au 027 767 15 00

- Texte :Jean-Claude Brisville
- Mise en scène : Jean-Luc Borgeat
- Avec : RogerJendly, Edmond Vullioud, Guillaume Marchetto
- Scénographie/costumes : Carole Favre
- Lumières : Danielle Milovic
- Administration : Claudine Corbaz
- Graphiste : Olivier Company
- Production : Compagnie du Milan Noir


Oswald est cadre dans une maison d’édition. Sortant de ladouche, il reçoit successivement deux coups de téléphone ; tout d’abord celui de son petit ami, Gérald, graphiste dans cette maison d’édition, à qui il propose de venir grignoter quelque chose chezlui ; puis celui de Jérôme, lecteur dans la même maison.

Jérôme aimerait parler à Oswald ; ce dernierlui ment en lui disant qu’il est sur le point de sortir ; d’entrée un malaise s’installe ; Jérôme insiste. Oswald cède et ouvre quelques instants plus tard la porte à Jérôme…

Très vite on apprend que Jérôme vient d’être licencié ; il prétend vouloir parler à Oswald, son supérieur dans l’entreprise, de la négociation de la récupération du fauteuil à bascule dans lequel il s’asseyait pour lire les manuscrits que la maison d’édition recevait. Sous le couvert de ce prétexte,Jérôme désire surtout comprendre pourquoi on supprime le poste de lecteur de manuscrits dans une maison d’édition…

Oswald lui répond rationalisation, restructuration et…invention du papier autodestructible et l’obsolescence programmée dans le domaine du livre. Démonstration : vous achetez « Crime et Châtiment » qui bientôt tombera en poussière et, donc, vous rachetez « Crime et Châtiment ».Autrement dit,la couverture d’un livre est un argument de vente plus puissant que le contenu du livre ce qui fait que le poste de lecteur devient inutile…

Inutile de préciser que Jérôme de l’entend pas de cette oreille…

Jeudi 20, vendredi 21 et samedi 22 octobre, à 20h